Rapport entre les émotions et l’apprentissage

Les émotions jouent un grand rôle dans l’apprentissage

L’émotion et l’apprentissage sont étroitement liés car des émotions qu’éprouvent un élève face à l’apprentissage, dépendra sa réussite ou son échec. Chez certains apprenants, la peur d’échouer se transforme en peur d’apprendre, pour aboutir à un refus total face à toute forme d’apprentissage. Les résistances de certains élèves face à l’apprentissage, mettent en lumière le rôle des enseignants dans la pédagogie de l’apprentissage. Ces derniers se doivent de développer toutes les stratégies nécessaires, en vue de développer des attitudes favorables à une bonne transmission et intégration des savoirs.

Les émotions comme avantageuses dans l’apprentissage

Lorsqu’elles sont bien gérées, les émotions peuvent constituer un levier dans l’apprentissage. Le coach doit pouvoir bien canaliser et réorienter les émotions négatives des élèves, afin de les aider à mieux se maitriser. En plus des connaissances à transmettre, ils doivent pouvoir jouer le rôle de médiateur bienveillant, d’accompagnateur.

Les adultes retiennent le plus souvent de l’école le rôle qu’à joué un enseignant dans la formation de sa personnalité. Ils retiennent plus les expériences relationnelles affectives et sociales que les contenus des enseignements. De ce fait, l’école devient un champ dont la polarité à été marquée par le rapport entre l’émotion, l’apprentissage et le savoir.

Il importe donc d’éviter que les émotions négatives telles que la peur et le découragement prennent le dessus chez un élève. Les bases nécessaires à l’intégration des connaissances doivent être suffisantes, cela évitera à l’élève d’avoir certaines craintes, pouvant causer des difficultés dans l’apprentissage.

Les composantes de l’apprentissage

L’apprentissage est la résultante de l’interaction entre l’apprenant, le savoir et l’enseignant. Chacun joue un rôle primordial dans le processus d’apprentissage. Le coach de l’élève doit utiliser et mettre en interaction les 5 composantes de l’apprentissage, afin d’atteindre ses objectifs pédagogiques.

L’information ou le savoir est la première composante, dont le rôle est de catalyser les connaissances antérieures, de mettre l’élève à l’épreuve des expériences concrètes. Ainsi pourra t-il développer des connaissances de haut niveau.

Il est important d’amener l’élève à rechercher l’information et les savoir. Pour cela, la deuxième composante, la motivation, doit rentrer en jeu. C’est un caractère personnel de l’apprentissage qu’il doit développer.

Il devrait également pouvoir utiliser tous les outils d’action dont il dispose pour intégrer ces connaissances, pour se construire une approche conceptuelle. Cette troisième étape entre dans la démarche de la recherche personnelle, pendant son apprentissage.

Une interaction avec l’environnement de son apprentissage est très importante. C’est la quatrième composante, qui exige un feed-back, une coopération dans le processus d’apprentissage. A ce niveau, interagissent l’apprenant, l’enseignant et les savoirs, pour une synthèse propice au développement de son autonomie.

La cinquième composante qui est comme le fruit de la réussite, est la production des travaux et projets. L’élève, après avoir franchi toutes les 4 autres étapes de son apprentissage, devrait être en mesure de monter lui-même son projet personnel, professionnel ou assumer ses études. C’est à ce niveau que l’on peut affirmer que l’objectif de l’apprentissage a été atteint.

Le coach est un maillon important de toute cette chaine, car c’est lui qui pourra amener l’élève à être le maitre de ses émotions, face à l’apprentissage.